PRATIQUES DE SOI ET RÉGULATION LIBÉRALE

couvertureManagersAme.png

LES MANAGERS DE L'ÂME

Le développement personnel en entreprise, nouvelle forme de pouvoir ?

Ed. La Découverte, 2004, 2008.

"Depuis le début des années 1990, le développement personnel a considérablement imprégné la culture managériale. L'intérêt porté aux salariés, à leur autonomie, leur estime de soi, leur capacité à s'affirmer ou à gérer leurs émotions, est plutôt une bonne nouvelle. Mais il semble que la psychologisation des rapports au travail serve davantage les besoins organisationnels que l'intérêt des individus, rendus d'autant plus dociles qu'ils ont intériorisé la contrainte à mesure qu'il leur était demandé de s'épanouir dans leur poste. L'auteure, psychosociologue, fait œuvre utile en permettant à chacun de repérer les ressorts de cette manipulation invisible."

Laurence Lemoine. Notre bibliothèque idéale. 60 livres pour mieux vivre sa vie. Editions Psychologie Magazine.

Ou comment le souci des entreprises pour l'authenticité et l'épanouissement de leurs salariés sert dans le même temps des formes euphémisées de régulation organisationnelle et sociales, typiques du modèle néo-libéral.

Communcation et organisation.jpg

PRATIQUES RÉFLEXIVES ET RÉGULATION ORGANISATIONNELLE

in « Le coaching, enjeux, paradoxes et perspectives », Revue Communication & Organisation n°28, déc 05

Cet article se propose de revisiter les critiques sociologiques faites aux pratiques réflexives, et notamment au coaching, dans l’organisation : psychologisation des problématiques, intériorisation des contraintes sociales et conformation des individus à une norme managériale. Tout d'abord, nous examinerons en quoi le coaching est le produit, et peut-être le producteur, d'une tendance contemporaine à problématiser les situations organisationnelles sur un mode relationnel et psychologique. Nous questionnerons ensuite les formes et les modalités de la réflexivité induite par les pratiques réflexives dans l'organisation : convient-il de les valoriser pour leurs principes émancipateurs, ou de les stigmatiser au nom de leurs propriétés conformantes ? Nous proposerons de dépasser cette dichotomie en pensant le travail réflexif avant tout comme le support d'une forme spécifique de régulation sociale.

 

ACCOMPAGNEMENT DU CHANGEMENT

NRP_013_L204.jpg

ACCOMPAGNER LES ENCADRANTS PUBLICS POUR SOUTENIR LEUR PROCESSUS DE SUBJECTIVATION AU TRAVAIL

in dossier « Le Management Hors-Sujet ? »,
Nouvelle Revue de Psychosociologie, 2012

Cet article s’appuie sur notre pratique clinique d’intervenante psychosociologue pour dresser un constat sur les sources de la souffrance au travail des managers, notamment dans la fonction publique, et pour proposer un mode d’accompagnement soutenant le processus de subjectivation au travail et la reconstruction du pouvoir d’agir. Le rôle du manager est de bâtir, à l’intersection de logiques contradictoires qui traversent son activité, un compromis productif formant une aire de jeux praticable pour son équipe. Cette construction se pose comme un problème dans les services publics, où les réformes en cours viennent brouiller les objectifs comme les voies de l’action. Brouillage du sens et impossibilité d’agir avec pertinence sont sources de désubjectivation, pour le manager comme pour son équipe. L’objectif de l’intervention est de soutenir la pensée des managers, pour qu’ils puissent penser les conflits dans lesquels ils sont pris, et trouver des voies de développement de leur activité.